Livret A et/ou LDDS : comparatif 2022

Sommaire

Les établissements bancaires proposent de nombreuses formes de comptes et de livrets d’épargne. Parmi les plus célèbres, on trouve le livret A, le plus utilisé en France, du fait des nombreux avantages qu’il propose et de sa simplicité de gestion. En complément, on trouve le LDD, rebaptisé LDDS (livret de développement durable et social) en janvier 2017. Il est moins connu mais commence à se développer auprès des ménages.

Malgré des similitudes entre ces deux livrets, il existe des différences. Ces comptes d’épargne poursuivent notamment des objectifs différents.

En savoir plus sur le Livret A ou LDDS ?

Le livret A, le placement court terme préféré des Français

Le livret A est l’un des outils phares de l’épargne des Français. En effet, ce produit est accessible à tous, simple d’ouverture, entièrement défiscalisé, gratuit et proposant une épargne entièrement disponible.

Le livret A est un compte d’épargne que l’on peut ouvrir au sein de la plupart des banques. Il est disponible pour toute personne résidant en France, mineure ou majeure, et est cumulable avec d’autres produits d’épargne. Il n’y a aucune condition de ressources pour en bénéficier, ni d’âge, ni de blocage des fonds.

De plus, ce produit est complètement défiscalisé ; celui-ci n’est pas soumis à l’impôt et est garanti par l’Etat. En effet, en cas de faillite de la banque où est domicilié votre livret, si celle-ci est dans l’incapacité de vous rendre votre argent, l’Etat doit vous rembourser, dans un délai de 7 jours ouvrables, la totalité du montant sur votre livret.

Le taux d’intérêt de ce livret est fixé deux fois par an par l’Etat. En août 2022, celui-ci est relevé à 2%, ce qui représente une hausse de 1% par rapport au précédent. Ce taux d’intérêt est historiquement la seule ombre au tableau du livret A. Il a en effet pu descendre relativement bas (jusque 0,5%), mais celui-ci a beaucoup augmenté récemment. Dans un contexte inflationniste, même à 2%, il peut cependant se traduire par une baisse du pouvoir d’achat pour les détenteurs de ce livret.

Néanmoins, le livret A reste un produit très intéressant du fait de son accessibilité, car il peut être ouvert à n’importe quel âge. Un parent peut donc en ouvrir un pour son enfant afin que ce dernier en dispose dès sa majorité.

Le LDDS, donner un sens à son épargne

Un LDDS (livret de développement durable et social), est souvent ouvert lorsque le plafond du livret A est atteint. Pourtant, il n’a rien à lui envier. En effet, même si son plafond est plus bas, le LDDS constitue un compte d’épargne de précaution idéale.

Il se nomme ainsi car les fonds versés sur ce support sont utilisés dans un objectif de préservation de l’environnement et pour le financement de l’économie sociale et solidaire.

Le LDDS est actuellement proposé dans tous les établissements bancaires mais n’est accessible qu’aux personnes majeures. Les mineurs peuvent en ouvrir un seulement s’ils disposent de revenus personnels et s’ils sont détachés du foyer fiscal des tuteurs légaux.

Le LDDS, tout comme le livret A, est 100% garanti par l’Etat. Ainsi, en cas de faillite de l’établissement bancaire, l’épargnant a l’assurance de récupérer la totalité de son épargne déposée.

Par ailleurs, les intérêts sont exonérés d’impôts sur le revenu et des prélèvements sociaux.

Comment est utilisée cette épargne ?

Le livret A et le LDDS sont des livrets réglementés. Ainsi, l’utilisation qui est faite de ces dépôts est strictement encadrée.

Le livret A : Avec la crise sanitaire, le livret A ne s’est jamais aussi bien porté et a connu une collecte record. Mais comment fonctionne-t-il ?

Les épargnants déposent leurs liquidités sur leurs livrets. 40% des sommes sont gérés par les banques, qui rémunèrent les épargnants, et 60% sont centralisés par la caisse des dépôts, qui investit dans des projets d’intérêt général.

Le LDDS : Comme pour le livret A, les épargnants commencent par déposer leurs liquidités sur le livret. Dans le cas du LDDS, l’établissement bancaire devra fournir une liste d’une dizaine de personnes morales choisies par le CRESS (conseil national des Chambres Régionale de l’économie sociale et solidaire). L’épargnant aura le choix une fois par an, de faire ou non un don à l’une des personnes morales de la liste.

Comparatif : Le livret A VS le LDDS

 

LIVRET A

LDDS

Plafond :

22 950 euros

12 000 euros

Taux :

2,00%

2,00%

Versements :

Libres

Libres

Retraits :

Libres (à partir de 10 euros)

Libres (à partir de 10 euros)

Intérêts :

Calculés tous les 1er et 16 du mois, puis capitalisés au 1er décembre.

Calculés tous les 1er et 16 du mois, puis capitalisés au 1er décembre.

Destination de la collecte :

Financement de logements sociaux et du renouvellement urbain.

Financement des PME, contribution à l’économie sociale et solidaire et en faveur de la transition écologique.

Age minimum :

Dès la naissance.

A partir de 18 ans, sauf exception.

Versement initial :

 


10 euros

Pas de montant minimal, mais il y a souvent une exigence de 15 euros de la part des établissements bancaires.


Vous avez envie d’un horizon d’investissement plus long ?

Vos deux livrets sont remplis au maximum ? Quelles sont les autres options qui s’offrent à vous ?

L’assurance-vie

L’un des placements favoris des Français, l’assurance-vie offre plusieurs avantages à ses souscripteurs :

  • Un large choix de supports d’investissement : fonds euro (à capital garanti), fonds immobiliers (SCI, OPCI, SCPI), fonds obligataires, fonds diversifiés, fonds actions, etc. De nombreux choix s’offrent à vous en fonction de votre horizon d’investissement, votre profil de risque et vos appétences.
  • Un avantage fiscal : L’assurance-vie est assujettie à la « flat-tax », un taux d’imposition unique de 30% (12,8% d’impôt sur le revenu et 17,2% de prélèvements sociaux) pour les contrats ouverts depuis moins de 8 ans. Cependant, après cette période, vous bénéficiez d’un abattement annuel de 4 600 euros (9 200 euros pour un couple) taxé uniquement à 17,2%. Au-delà, vos gains sont assujettis à une fiscalité de 24,7% ou de 30% selon le montant des versements dans votre contrat.
  • Pas de plafond de versement : Après le versement initial, le souscripteur peut continuer d’alimenter son contrat d’assurance-vie à sa guise. C’est un contrat déplafonné, il n’y pas de seuil maximal pour le souscripteur. A noter qu’il est souvent conseillé de lisser les points d’entrée pour les versements sur les fonds les plus risqués. Le souscripteur peut faire le choix de versements programmés (mensuels ou trimestriels).
  • Fiscalité en cas de succession : L’assurance-vie propose des avantages fiscaux très intéressants pour ses bénéficiaires. En effet, selon certaines conditions, et dans le respect de certains plafonds, le bénéficiaire désigné ne sera redevable d’aucun droit de succession et ne paiera donc aucun frais ni impôt supplémentaire.

Vous pouvez consulter notre article sur l’assurance-vie ici

Le PER

Le Plan Epargne Retraite (PER) est un placement individuel qui permet de réduire son assiette fiscale. En effet, il permet de baisser les impôts du souscripteur l’année des versements afin de bénéficier d’un capital à la retraite et/ou d’une sortie en rente. Il offre les mêmes choix de supports d’investissement que l’assurance-vie.

Vous pouvez consulter notre article sur le PER ici.

Les SCPI Européennes

Une société civile de placement immobilier (SCPI) est un organisme de placement collectif prenant la forme d’une société non cotée en bourse. La SCPI collecte de l’argent auprès de nombreux investisseurs dans l’unique objectif d’acquérir et gérer un patrimoine immobilier destiné à la location. 

Il existe plusieurs types de SCPI, avec des univers d’investissement et des typologies de biens qui peuvent fortement varier.

Vous pouvez consulter notre article sur les SCPI Européennes ici.

Ce placement offre de nombreux avantages :

  • Rendements attractifs
  • Mutualisation (diversification) des risques
  • Aucune gestion
  • Finançable à fonds propres ou 100% à crédit (demandez-nous les offres de nos partenaires)


Le crowdfunding immobilier

Actuellement, le crowdfunding est en plein essor dans le secteur immobilier. Plusieurs plateformes ont d’ailleurs décidé de se concentrer uniquement sur le financement de constructions nouvelles, de projets de rénovation ou de promotion immobilière.

C’est un financement participatif qui a pour objectif de collecter des apports financiers auprès de particuliers, afin de financer un projet immobilier.

Pour devenir investisseur au sein d’un projet en direct, le particulier doit se connecter à l’une des plateformes de crowdfunding. Celles-ci ont pour rôle principal d’établir une sélection parmi les différents programmes, selon certains critères. Ainsi, les particuliers devenus investisseurs peuvent suivre l’avancée de leur projet. Le remboursement de l’apport et des intérêts se fait à l’issue de celui-ci, qui dure en moyenne 12 à 30 mois.

Il existe par ailleurs la possibilité d’investir à travers des fonds diversifiés (investis sur plusieurs projets).

Nos partenaires proposent ainsi plusieurs types de produits :

  • Une plateforme digitale d’investissement (qui permet de mettre en contact les investisseurs et les projets au travers d’un conseiller en gestion de patrimoine)
  • Des fonds communs de placement à risques (FCPR) qui permettent :

1/ L’accès à un portefeuille de promotion immobilière et de marchand de biens
2/ Un rendement cible (non garanti) de 7% par an net de frais pendant une durée de 4 à 7 ans selon le fonds

Avertissement : Les unités de compte (disponibles en assurance-vie et PER), les SCPI, le crowdfunding immobilier et le capital investissement, ne présentent aucune garantie en capital, sous quelque forme que ce soit. En effet, l’investisseur peut être amené à perdre tout ou partie de son investissement, selon l’échelle de risque et l’horizon de placement recommandé.

L’avis du cabinet

Le livret A et le LDDS sont tous deux des placements court terme très appréciés des Français. En effet, ils savent se montrer attrayants grâce à leur simplicité, accessibilité et le peu de contraintes qu’ils proposent. Ce sont des livrets d’épargne de précaution idéaux.

Il existe par ailleurs d’autres options pour votre épargne de moyen à plus long terme. Nous proposons de nombreuses solutions avec l’objectif d’être toujours le plus compétitif possible.

Ainsi, faire appel au cabinet NT Conseil-finances, c’est la possibilité d’être conseillé et d’accéder à un accompagnement dans la durée. Après un audit patrimonial (sans frais ni engagement) où nous définissons, ensemble, vos objectifs, nous proposons un grand nombre d’options de placement et pouvons mettre en place une stratégie sur mesure. Il n’y a aucun surcoût à passer par NT Conseil-finances ; au contraire, le cabinet vise à offrir des conditions privilégiées (le plus souvent dérogatoires aux conditions standards des fournisseurs). Ainsi, le cabinet ne prend pas de droits d’entrée sur les versements, ni aucuns frais d’arbitrage et propose systématiquement des frais de gestion réduits en assurance-vie et PER. Par cette politique, le cabinet a pour objectif de fidéliser sa clientèle et de favoriser la recommandation.

Avertissement : cet article ne constitue pas un conseil en investissement. Il est nécessaire de se faire accompagner par un professionnel. N’hésitez pas à vous faire conseiller.

FAQ

Quelle est la différence entre un livret A et un LDDS (anciennement LDD) ?

Les différences entre le livret A et le LDDS se situent sur plusieurs points :

  • Les conditions d’ouverture : Pour ouvrir un LDDS il faut être majeur et posséder un domicile fiscal en France. Au contraire, un mineur peut détenir dès sa naissance un livret A, sans avoir à justifier d’un domicile fiscal en France.
  • Le plafond : Le plafond du livret A est actuellement fixé à 22 950 euros, tandis que celui pour un LDDS est fixé à 12 000 euros.
  • L’utilisation des fonds : Les deux livrets poursuivent des objectifs différents ; ainsi les fonds qu’ils collectent ne sont pas destinés aux mêmes utilisations. L’épargne amassée par le livret A sert à investir dans des projets d’intérêt général (logements sociaux, investissement en faveur du secteur public local, etc.). L’épargne recueillie grâce au LDDS sert à déployer de nouveaux moyens pour la protection de l’environnement et à financer l’économie sociale et solidaire.


Quel est le taux du livret A et du LDDS ?

Le taux du LDDS est calqué sur le taux du livret A. Chaque fois que le taux de rémunération du livret A est révisé, le taux du LDDS suit. Le taux de ces deux livrets s’élève à 2% depuis le 1er d’août 2022.Une société civile de placement immobilier (SCPI) est un organisme de placement collectif prenant la forme d’une société non cotée en bourse. La SCPI collecte de l’argent auprès de nombreux investisseurs dans l’unique objectif d’acquérir et gérer un patrimoine immobilier destiné à la location.

En savoir plus sur le Livret A ou LDDS ?

Facebook
Twitter
LinkedIn
Comment optimiser son impôt sur la fortune immobilière (IFI) ?

L’IFI est un impôt créé par le premier gouvernement d’Emmanuel Macron. La loi de finances votée fin 2017 a ainsi supprimé l’ISF (Impôt de Solidarité sur la Fortune) pour le remplacer, à compter du 1er janvier 2018, par l’IFI (impôt sur la fortune immobilière).
Découvrez dans cet article différentes solutions pour investir en immobilier, tout en optimisant son impôt sur la fortune immobilière.

Lire l'article
Comment faire de la défiscalisation ?

La défiscalisation, ou optimisation fiscale, consiste à réduire le montant de ses impôts par de différents produits et dispositifs.
Nous vous les présentons, ainsi que leur fonctionnement et les erreurs à ne pas commettre pour défiscaliser efficacement une partie de vos revenus.

Lire l'article
5/5 - (1 vote)