Tout savoir sur la retraite

tout savoir sur la retraite
Sommaire

La perspective de la retraite, qui touche près de 700 000 Français par an, devrait toujours être source d’accalmie et de tranquillité. 

Mais dans les faits de nombreuses questions peuvent venir entraver cette étape cruciale de la vie : quelle pension pour le retraité ? Selon quel régime ? A quel âge peut-on partir sans risquer une décote ? Quel taux d’imposition ? Quelle optimisation fiscale ou stratégie financière possible pour de meilleurs rendements ? etc.

Afin que la retraite ne devienne pas source d’angoisse, nous avons répertorié, dans cet article, les éléments à connaitre avant de franchir ce cap important et quelques conseils applicables à toute étape de votre vie, afin de vous assurer une meilleure sécurité financière.

En savoir plus sur la retraite et la transmission ?

Comment ça marche?

De quoi est constituée votre retraite?

La retraite est constituée d’un régime de base et d’un régime complémentaire, auquel peut facultativement s’ajouter une retraite supplémentaire.

La Retraite de base (Obligatoire) correspond à 50% de la moyenne de votre salaire annuel perçu au cours des 25 meilleures années de votre carrière. Ces 50% représentent le « taux plein », et sont applicables sous réserve d’un départ à la retraite en temps requis, et de la bonne cotisation demandée de tous les trimestres (environ 166 aujourd’hui).

La retraite complémentaire (Obligatoire) est déterminée en fonction du nombre de points acquis, proportionnels au montant de la cotisation multiplié par la valeur annuelle du point au jour de la liquidation des droits.

A ces deux ressources peut s’ajouter une retraite supplémentaire (Facultative) qui correspond à une souscription au niveau de l’entreprise ou à titre individuel.

Il ne faut pas oublier, cependant, que partir du monde professionnel et entrer dans le système de retraite légal est toujours source de baisse de revenus plus ou moins conséquente, d’où la nécessité de mettre en place avec un conseiller des stratégies financières solides ou un plan de retraite supplémentaire afin de pallier cette baisse inexorable de revenus. On estime en effet que la baisse du montant du salaire, au passage à la retraite, est en moyenne de 25% dans le secteur public, 35% dans le privé et même de 45% pour les cadres.

En moyenne, les Français se retrouvent donc avec des pensions qui tournent autour de 1 150€ pour une personne seule, et autour de 1 768€ pour un couple.

De quoi sont fait les régimes de retraite ?

Il existe 42 régimes de retraite différents en France (dont 11 spéciaux), destinés aux différents secteurs et types de métiers, ayant chacun leur système spécifique. Tous sont nés de l’échec à constituer un seul et même régime de retraite à l’époque d’après-guerre, guerre qui avait ruinée le pays.

On retrouve grossièrement 3 grandes classes de régimes :

  • Les régimes autours des salariés du secteur privé. Par exemple, pour les salariés du secteur privé qui représentent presque 70% des cotisants (hors agriculture et aviation civile) la retraite de base est versée par la CNAV (Caisse nationale de l’assurance vieillesse des travailleurs salariés) et la retraite complémentaire est assurée par l’AGIRC-ARRCO.
  • Le régime de la fonction publique dont le régime de base sera celui des Agents de l’Etat et le régime complémentaire celui de la RAFP (retraite additionnelle de la fonction publique).
  • Le régime des entreprises et établissements publics.

Tout cela tend cependant à changer depuis que le gouvernement Macron a pour projet une réforme générale des retraites par un régime commun, mais le projet a été, jusqu’alors, ajourné.

A quel âge puis-je partir à la retraite ? Quelle est la durée légale du nombre d’années de travail que je dois honorer ?

 C’est en effet une question qui revient beaucoup car la réponse n’est pas la même selon les régimes et est en perpétuel mouvement. Pour trancher nous dirons que 62 ans est le pallier légal aujourd’hui pour partir à la retraite. Cet âge concerne toutes les personnes nées après 1955, sauf exception. A cet âge minimum il faut ajouter le nombre de trimestre cotisé requis, afin de pouvoir bénéficier d’un départ à « taux plein ».

Cependant, si vous n’avez pas assez cotisé pour obtenir une retraite à taux plein, la possibilité peut s’offrir à vous, de faire une retraite progressive (cumul emploi/ retraite) et dans certains cas, de racheter vos trimestres contre une décote (ou minoration) de 1,25% par trimestre manquant, pour les salariés du privés, indépendants et agriculteurs. Cette décote représente concrètement une diminution du taux plein de 0,625 par trimestre manquant. Idem pour la retraite complémentaire qui subira, en toute logique, un coefficient de minoration, établi selon les régimes. Il est bon de savoir que la décote ne peut pas excéder 20 trimestres (soit 25% de la pension de base).

Pour en savoir plus sur les retraites anticipées, consultez nos articles « Pré-retraite : qui peut en bénéficier », « c’est quoi une carrière longue pour la retraite ?» et « Prendre sa retraite sans avoir tous ses trimestres ».

Cette introduction de la retraite donne ainsi un premier aperçu de ce qui vous attend une fois votre statut d’actif révolu. Cependant, ce n’est pas parce que vous ne travaillerez plus que vous ne serez plus soumis à un régime d’imposition fiscal. Qu’en est-il alors ?  

 

Quelle fiscalité pour les retraites ?

La retraite reste soumise à l’imposition sur le revenu selon le barème progressif en vigueur pour la pension de base et la pension complémentaire, mais reste moins taxée que les revenus des actifs encore en exercice professionnel notamment parce que la CGS (Contribution sociale généralisée) est plus basse, et qu’elle est exemptée (ou ont très peu) de charges sociales. L’abattement de 10% reste également le même, mais les plafonds et déductions minimales sont différents :

Abattements/ Revenus

Revenus de l’activité professionnelle :

Pensions de retraite :

Déduction minimale :

441€

393€

Plafond par foyer fiscal :

12 627€

3 850€

En outre, certains revenus supplémentaires peuvent bénéficier d’une exonération d’impôt. C’est le cas pour les aides suivantes :

  • L’allocation solidaire aux personnes âgées (ASPA), l’allocation supplémentaire d’invalidité (ASI) et l’allocation du minimum vieillesse.
  • La majoration pour assistance à une tierce personne (subvention allouée par la Caisse d’assurance).
  • L’allocation personnalisée d’autonomie (APA)
  • Les pensions de retraite inférieures à 292,79e par mois pour une personne seule, et lorsque les ressources annuelles ne dépassent pas 10 838,4e pour une personne seule, 16 826,64e pour un couple.
  • La retraite des combattants et les pensions militaires d’invalidité.

Il est bon de savoir que le montant de la retraite peut être soumis à des fluctuations en fonction des régularisations des prélèvements sociaux.

D’autre part, rassurez-vous, le prélèvement à la source n’a pas eu d’impact sur le calcul de l’impôt ni sur ses modalités, si ce n’est que le prélèvement n’est plus annuel mais mensuel.

 

Il reste que pour plus de ¾ des Français (étude réalisée par l’IFOP), les revenus de retraite sont considérés comme insuffisants, certains n’ayant pas validés un taux plein, par exemple. Voici, donc, quelques conseils que nous préconisons pour optimiser votre patrimoine et compléter, de façon durable, votre retraite.

 

Comment optimiser sa retraite ?

Anticiper 

On ne le répètera jamais assez mais anticiper sa retraite reste le maître mot pour franchir ce cap en toute sérénité. Il est donc judicieux de se faire accompagner par un Conseiller en gestion de patrimoine qui saura préparer avec vous cet horizon et mettre en place des compléments de revenus futurs, en optimisant au mieux votre portefeuille, votre fiscalité et vous proposer des investissements sur le long terme. Car le constat est clair : l’épargne en vue de la retraite est négligée par beaucoup trop de Français : près de la moitié d’entre eux ne pensent pas à préparer un complément de retraite.

L’anticipation commence dès l’entrée dans la vie active, par exemple dans la constitution d’un apport pour un premier achat immobilier. En effet, posséder sa résidence principale reste la solution la plus accessible et la première pierre à l’édifice pour jouir pleinement de sa retraite. Dans un second temps, réaliser un investissement locatif ou investir sur des parts de SCPI à crédit permet de préparer de futurs revenus complémentaires. N’hésitez pas à vous faire conseiller.

En outre, le PER, plan d’épargne retraite est une autre une solution qui peut être mise en place avec votre conseiller, permettant ainsi d’épargner sur le long terme et de bénéficier des sommes investies à travers une rente ou récupération en capital. Ce dispositif permet ainsi un effet de levier fiscal qui bonifie vos placements.

Enfin, nous ne pouvons que vous recommander d’anticiper votre retraite en faisant en amont un point sur votre carrière. Cela passe par un passage en revu et un calcul attentif de vos trimestres cumulés, la possibilité ou non d’une retraite anticipée ou au contraire progressive, par la demande de votre retraite 4 ou 6 mois à l’avance (en fonction des métiers) car ce n’est pas une procédure automatique …

Bénéficier d’un suivi personnalisé 

Le passage à la retraite n’est pas chose aisée, ni à comprendre ni à appréhender. En outre, l’augmentation accrue de personnes retraitées par rapport à l’entrée de personnes actives sur le marché du travail depuis 1975, présage des solutions bien inconfortables : Une augmentation des cotisations pour les actifs, une baisse des revenus pour les retraités et un départ à la retraite toujours plus retardé. En ce sens, il devient primordial de s’armer des outils nécessaires pour optimiser au mieux cette situation de plus en plus défavorable.

Se faire accompagner par un Conseiller selon son profil et son patrimoine est fort utile. Le champ des possibles est vaste, et il n’est donc pas simple de décrypter l’ensembles des informations et de préparer au mieux sa retraite. C’est pourquoi le cabinet NT Conseil-finances prend toujours le temps de vous présenter ses analyses et solutions, dans le but de vous aider à prendre les meilleures décisions, selon votre âge, votre profil et vos objectifs. Le but étant de monter ensemble une stratégie qui vous ressemble.

Faire appel à NT Conseil-finances, c’est avoir la possibilité d’être conseillé et cela dans la durée. Aucun surcoût ne vous est imputé, au contraire, le cabinet vise à offrir des conditions privilégiées (le plus souvent dérogatoires aux conditions standards des fournisseurs). Cette politique du cabinet a pour objectif de fidéliser sa clientèle et de favoriser la recommandation.

N’hésitez pas, donc, à nous contacter afin de mettre une stratégie en place ou pour toute information en vue de préparer votre retraite, relative à l’optimisation fiscale ou au développement de votre patrimoine.

Avertissement : cet article ne constitue pas un conseil en investissement. Il est nécessaire de se faire accompagner par un professionnel. N’hésitez pas à vous faire conseiller. 

En savoir plus sur la retraite et la transmission ?

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn